Signature d’un accord avec l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny sous l’égide de la Banque Mondiale

22 janvier 2019

À l’occasion du 19ème forum "Transforming Transportation" qui s’est déroulé le 18 janvier 2019 à Washington, l’École des Ponts ParisTech et l’Institut National Polytechnique Houphouët Boigny ont signé un partenariat stratégique en présence de Monsieur Makhtar DIOP, Vice-Président de la Banque Mondiale pour les Infrastructures.

Makhtar Diop, Vice-Président de la Banque Mondiale pour les Infrastructures​​

Dans le cadre du projet d’intégration ville-port du grand Abidjan, soutenu par la Banque Mondiale, les deux institutions décident d’unir leurs efforts pour développer le capital humain dans le domaine des transports et de l’aménagement urbain. Ceci contribuera à renforcer la compétitivité économique de la Côte d’Ivoire et sa vocation de hub régional. Dans un premier temps, la coopération portera sur un Mastère professionnel en transport et aménagement urbain qui ouvrira début 2020. Ce programme sera conçu conjointement par les deux institutions, en collaboration étroite avec les opérateurs du secteur et les pouvoirs publics ivoiriens. Une co-direction pédagogique assurera la pertinence professionnelle de ce mastère et son intégrité académique. Pour ce faire, les enseignements seront assurés par l’École des Ponts ParisTech et l’Institut National Polytechnique Félix Houphouët Boigny. Un programme d’échanges de bonnes pratiques entre enseignants et chercheurs contribuera à développer les capacités du corps enseignants des deux institutions.
 

Koffi N'Guessa, directeur général de l'INPHB

Ce programme contribuera également à formaliser un savoir-faire en matière de conception de formations de niveau master, avec des partenaires industriels afin d’accompagner la transformation de l’économie et l’émergence des nouveaux métiers liés à la transition numérique et écologique du continent africain.
 

Sophie Mougard, directrice de l'École des Ponts ParisTech

Cette coopération structurante ouvre la voie à d’autres formes de coopération telles que des échanges d’étudiants et de chercheurs, des programmes conjoints en formation initiale et continue, et des projets de recherche communs.